PAICV affirme qu’il s’inquiète de l’épidémie du paludisme et est “indigné de la passivité” des autorités

 

Praia , 07 sept (Inforpress) – PAICV a exprimé mercredi à Praia, de s’inquiéter de l’apparition du paludisme au Cabo Verde, et a également révélé qu’il est également indigné par la «passivité» du gouvernement et, en particulier, la mairie de Praia.

Joanilda Alves, membre du conseil national du Parti africain pour l’indépendance de Cabo Verde (PAICV), a pris la parole lors d’une conférence de presse aujourd’hui, critiquant le fait que jusqu’à présent il y a eu 167 cas de paludisme dans le pays, dont 153 sont indigènes et ont eu lieu dans la ville de Praia et 14 importés dans les îles Sal, São Vicente et Santo Antão, données confirmées par le coordinateur du Programme national de prévention et de contrôle des maladies vectorielles, António Moreira.

Compte tenu de la situation, le PAICV considère que le pays est «confronté à une épidémie et qu’il est nécessaire d’agir de manière responsable et rapide».

“Les données présentées confirment, catégoriquement, la dégradation des indicateurs liés au paludisme au Cabo Verde”, a déclaré Joanilda Alves.

Pendant ce temps, le ministre de la Santé et de la Sécurité sociale, Arlindo do Rosário, a reconnu à Inforpress que le pays est confronté à une épidémie de paludisme, notant qu’il «doit être abordé intersectoriellement» avec la participation de structures ayant des responsabilités dans ce problème, mais aussi avec l’engagement de la population.

JL / FP/AST

Inforpress