PM nie que la punition des dirigeants de SINAPOL soit une façon de conditionner les syndicats au Cabo Verde

Santa Maria, 17 juil (Inforpress) – Le Premier ministre Ulisses Correia e Silva, a nié lundi que la punition des dirigeants de du syndicat de la Police nationale (SINAPOL), après la fin de la grève à la fin de l’ année dernière, soit une forme de conditionner les  syndicats .

Le chef du gouvernement, qui a parlé à la presse sur l’île de Sal, où se trouve  pour participer au XIIème  sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement, et  a rappelé que la grève est un droit qui aide les travailleurs et a demandé au SINAPOL de  clarifier les motivations de la gréve, déjà  annoncé,  de six jours ce mois – ci.

Quand on lui dit que les raisons ont à voir avec la suspension de représentants syndicaux et de la retraite obligatoire du Président de SINAPOL, José Barbosa, Ulisses Correia e Silva les  a suggéré  le recours aux  tribunaux.

«Imaginez si cela devient une habitude . A chaque fois qu’il y a une procédure disciplinaire des  manifestations et des grèves  soit organisées. Je pense que ce n’est pas la raison impérieuse pour la grève « , at – il dit , en ajoutant que par rapport aux autres allégations telles que l’ augmentation des salaires  il y a une engagement du gouvernement à augmenter le salaire de base en 2019.

«Nous travaillons  dans une perspective de jusqu’à 2021. Nous avons travaillé avec les syndicats, à savoir le CCSL,  pour trouver un cadre de convergence. Le principe est supposé. Maintenant , il est une question de faire des programmes  des paiements et la couverture budgétaire parce que nous parlons de sommes très importantes « , at – il dit.

MJB / CP / AST

Inforpress