Le cas Novo Banco «agite» le Parlement capverdien

Praia, 28 mars (Inforpress) – Novo Banco a fait l’objet de deux déclarations politiques au Parlement aujourd’hui,  où  le MPD à dit qu’il s’agit d’une « banque politique » et le PAICV a fait   valoir qu’il était un « choix politique » tandis que l’UCID demande la reddition de comptes.

La devise a été donnée par un groupe parlementaire (GP) du Mouvement pour la démocratie (MPD au pouvoir), dans la voix de son vice-président, Paulo Veiga, a déclaré la Novo Banco  (NB) était une banque qui était « né tordu » et que le gouvernement connaissait alors sa « non-viabilité ».

Pour MPD, Novo Banco   a été « modélisé » un projet soumis au Timor oriental par la Banque portugaise de gestion qui, face à des difficultés après sa création, « a négocié son départ avec le Gouvernement timorais, et est venu au Cabo Verde vendre au gouvernement de PAICV ».

À leur tour, les membres du Parti africain pour l’indépendance de Cabo Verde (PAICV-opposition) ont fait valoir que la création du Novo Banco était «une option politique à long terme » du précédent exécutif vers le micro, petites et moyennes entreprises, dans le but de lutter contre l’exclusion financière grâce aux services bancaires du segment de la population à faible revenu et à créer des conditions favorables visant à l’autonomisation de l’économie sociale ».

Les députés de l’Union capverdienne indépendante et démocratique (UCID-opposition) étaient plus de retenue dans leurs paroles, préférant faire appel à leurs collègues parlementaires de laisser les institutions, y compris le ministère public et la Commission d’enquête parlementaire, faire leur  travail pour connaître  tout  les responsables.

LC / ZS/AST

Inforpress